Pas encore inscrit ?

 Tales of Phantasia :

En 1995 était lancée la magnifique saga des Tales of, et ce d'une bien belle manière. En effet, l'opus Phantasia est vraiment un épisode phare de la série, et peut-être tout simplement le meilleur.

Pour pouvoir se faire un avis sur la question, il faut tout d'abord se replacer dans le contexte : à l'époque, Chrono Trigger et Secret of Mana s'imposaient comme les meilleurs jeux de Super Famicon (la console que nous connaissons sous le nom de Super Nintendo en Europe).
C'est ce moment que Namco choisit pour lancer son premier bijou. Pari risqué ! Mais le jeu fait mouche et devient rapidement également l'un des meilleurs jeux de la console, dépassant même les deux autres jeux pourtant qualifiables de mythes. En effet, les atouts de Tales of Phantasia sont vastes, et très novateurs pour l'époque.

Graphismes : 18/20

Tout d'abord, niveau graphismes, il était plutôt difficile de pousser davantage les limites de la Snes. Si vous avez joué à Chrono Trigger ou à Secret of Mana, vous n'êtes pas sans savoir que les graphismes étaient déjà très réussis pour l'époque.
Là où Namco a fait fort, c'est que la firme a réussi à égaler les meilleurs graphismes réalisés dès lors en proposant de très beaux paysages et personnages. Surtout dans les combats, où les personnages apparaissent dans une très jolie 2D avec des sprites détaillés et sublimes.
C'est très agréable !


1. Des combats plaisants pour les yeux
2. De sublimes paysages


Scénario : 19/20

Autre élément faisant la grandeur de Tales of Phantasia, c'est son scénario. A l'apparence banale, il cache en réalité très bien son jeu, et vous surprendra plus d'une fois grâce à ses rebondissements.
Tout commence dix ans avant l'époque du jeu. Un groupe d'aventuriers vient à bout d'un démon nommé Dhaos et l'enferme grâce à un sortilège. Et pour pouvoir briser ce sortilège, une clef est requise. Clé qui, après de nombreuses années se retrouve... entre les mains du héros !
C'est alors que le jeu commence : vous incarnez Cless, un jeune épéiste, qui vit tranquillement dans son village, Toltus, jusqu'à ce qu'un jour un être maléfique aux sombres desseins décide de s'emparer de la clé pour libérer Dhaos...
Le scénario paraît simple comme ça, mais c'est souvent comme ça dans les RPG : il faut attendre de nombreuses heures pour que le jeu dévoile tout son potentiel !


1. Le redoutable Dhaos

Gameplay : 20/20

Mettons désormais un point d'honneur sur les combats qui sont vraiment réussis !
Quand un combat débute, l'écran devient noir comme dans tout RPG. Mais là où est la différence, c'est que ToP est un A-RPG.

Suivant un système de combat inédit que Namco saura décliner à toutes les sauces dans ses futurs Tales, le LMBS (Linear Motion Battle System), vous dirigez votre personnage vers la droite ou la gauche et guidez ses mouvements (attaque, saut, défense, magie...) comme dans un jeu de combat. Et il n'y a pas de soucis à se faire concernant les autres personnages, puisque l'AI s'en chargera pour vous.
Cependant cette dernière ne fait pas toujours ce que le joueur veut de tel ou tel personnage, mais sachez que vous pouvez toujours choisir manuellement les compétences que vous souhaitez qu'un personnage effectue, ainsi que son attitude devant telle ou telle situation.

Ce qui nous marque aussi dans les combats, c'est leur dynamisme. Dynamisme rendu comme tel grâce au système de combat décrit plus haut, mais aussi, innovation remarquable, par les sons. Attention, je ne parle pas des bruits de coups ou de pas, mais des voix des personnages. Ca paraît banal maintenant, mais à l'époque c'était inédit ! Imaginez votre magicien en combat invoquer en criant. Mine de rien cela rend le combat beaucoup plus vivant !

Autre élément réaliste des combats, c'est que l'habillage de vos persos change en fonction de l'équipement que vous lui aurez remis.

Ce n'est qu'un aperçu de toutes les nouveautés que Tales of Phantasia a apporté au monde du RPG, mais il y a de nombreuses autres innovations, comme un combat dans les airs sur le dos du mythique Pégase...


1. Des boss souvent redoutables

Durée de vie : 15/20

Cette petite histoire de Namco devrait vous faire jouer pendant bien 30 heures. Mais il n'est pas impossible que vous le finissiez beaucoup plus rapidement, ou au contraire, beaucoup plus lentement.

Il y a dans Phantasia, comme dans tout bon RPG qui se respecte, une dose de quêtes annexes. Ici, elles sont nombreuses et devront vous faire passer de nombreuses heures à en découdre.

Bande son / Bruitages : 17/20

La bande son de Tales of Phantasia est à l'image du jeu, c'est à dire très belle et prenante. Elle place le joueur dans l'ambiance, en proposant les musiques et des thèmes adéquats aux situations du jeu.
Notons de nouveau la présence de voix pendant les combats, permettant une immersion total avec nos héros.


En bref : 17/20

Un jeu sublime, sur lequel on passera de nombreuses heures de bonheur, qui est à coup sûr l'un des meilleurs jeux de Super Famicon. C'est une honte pour un vrai fan de RPG de n'avoir pas testé Tales of Phantasia. Un tel must était réellement annonciateur des prouesses qu'allait réaliser Namco dans le futur.

A savoir :

L'opus marchera tellement bien que Namco le rééditera plusieurs fois dans le futur. Outre la version Snes, nous décomptons en effet une version Playstation (sortie en 98 uniquement au Japon) et une version GBA, que vous devez plus connaître puisqu'elle est sortie en Europe.
Une version PSP est également sortie au Japon courant 2006.

Que dire de ces remakes ? Tout d'abord qu'il n'y a pas de grandes différences entre les quatre puisque la structure du tout premier essai a été en grande partie conservée. On note surtout, à l'instar de la version Snes, un sixième personnage dans les deux versions modernes.
De plus, en combat, Cless peut désormais frapper vers le haut au corps à corps, source de nombreuses prises de tête sur Super Famicon contre les ennemis volants.

Notons également que dans ces trois remakes les graphismes des personnages en combat ont beaucoup changé.
Les sprites des personnages des versions PS1 et GBA sont les similaires, et possèdent un aspect plus coloré et naïf que la version d'origine.
La version PSP possède les graphismes les plus élaborés, avec des détails beaucoup plus précis et adaptés.


L'évolution est flagrante et non négligeable, même si on apportera plus de considération à la version PSP

Review réalisée par Leon