Pas encore inscrit ?

 Tales of Eternia :

Tales of Eternia n'est autre que le remake du légendaire Tales of Destiny 2 sorti sur Psone. C'est l'un des premiers RPG disponibles sur PSP. Malheureusement, le jeu n'a pas été traduit en français, seul le mode d'emploi l'a été. Il faut tout de même noter que le niveau d'anglais est assez simple !

Graphismes: 17/20

Le jeu débute par une magnifique cinématique de style manga. Ensuite, on retrouve donc le monde d'Eternia dans un environnement 2D "old school" éblouissant, ce qui n'est pas le cas des passages en 3D (déplacements sur la carte...) qui sont lents et "périmés".


La carte du monde est un peu périmée

Scénario : 16/20

Les mondes d'Infernia et de Celestia se regardent depuis des millénaires sans se toucher, séparés par une barrière. Une croyance des habitants d'Infernia affirme d'ailleurs qu'avoir des contacts avec un habitant de Celestia ne peut conduire qu'à la ruine.
Le jeu débute par un crash d'un mystérieux vaisseau spatial. A son bord se trouve une jolie jeune fille au comportement bizarre, visiblement soulagée de tomber sur deux jeunes gens aussi affables que Reid, jeune chasseur qui vit de chasse et de ripaille, et Farah, paysanne passée maître dans l'art du kung-fu. Nos deux héros ne comprennent pas un mot de ce que raconte cette personne à la peau sombre, ils ne peuvent que constater son anxiosité. Le chef de Rasheans voit d'un très mauvais oeil l'intrusion d'une étrangère dans l'enceinte du village, la petite troupe décide donc de se rendre à l'académie de Mintche pour trouver quelqu'un capable de comprendre son message. Ce sera Keele Zebel, leur ami d'enfance, qui après quelques échanges de mots découvre l'horrible malédiction du Grand Fall : Inferia, leur continent, et Celestia, celui de Meredy qui flotte dans les cieux, sont sur le point d'entrer en collision. Il leur faudra partir à la recherche des pouvoirs élémentaires des Great Craymels pour éviter la destruction de leur univers, Eternia...


Le scénario vous trimballera aux quatre coins d'Eternia

Gameplay : 18/20

La série des Tales of s'est toujours démarquée des autres RPG par l'originalité de son gameplay Tales of Eternia ne déroge pas à la règle : ici encore, les combats font preuve d'un dynamisme réellement étonnant. Les combats sont en temps réels et sont presque un mélange de jeu de rôle et de jeu de combat.
Votre équipe se compose de 4 personnages, trois étant controlés par la console. La stratégie n'est pas trop importante dans cet épisode. Une vue de profil montre vos persos et les ennemis, et l'action se déroule donc dans un plan en deux dimensions. Les commandes sont assez simples à prendre en main, mise à part qu'il faille sans arrêt alterner entre le pad et les flèches directionnelles étant donné que le saut est la seule action en combat à réaliser avec ce stick analogique.
Il nous est impossible d'éviter les combats car contrairement à ToS, les ennemis ne sont pas visibles.


Le système de combat indémodable de Namco

Durée de vie : 16/20

Ce n'est pas une soixantaine d'heures de jeu qui vous attendent (comme l'indique Namco à l'arrière de la jaquette du jeu) mais une quarantaine; c'est un peu faible pour un RPG. Heureusement qu'il se rattrape avec ses quêtes annexes, mini-jeux et "new game +" (qui permet d'avoir des bonus en recommençant une partie déjà terminée).

Bande son / bruitages : 16/20

La bande son est magnifique et nous transmet les sentiments, l'état d'esprit des personnages et va très bien avec le scénario. Par contre le doublage anglais est très décevant et ne colle pas aux personnages contrairement à la version japonaise. C'est vraiment dommage.

En bref : 17/20

Tales of Eternia n'innove pas sur le plan du RPG et n'est pas beaucoup plus original que ses prédécesseurs de la saga. Cependant, le gameplay toujours aussi efficace ainsi que l'ambiance globale régnant dans le jeu vous séduiront sûrement. A coup sûr, Tales of Eternia est un jeu à posséder pour les fans de RPG possédant une PSP.

Review réalisée par Sidoine