Pas encore inscrit ?

 Tales of Destiny 2 :

Tales of Destiny 2 est la suite directe de Tales of Destiny sorti sur Playstation le 23 Décembre 1997 (date japonaise ; il a été réédité et complètement remanié récemment sur PS2). A ne pas confondre avec la version Américaine de ToD2 qui est en fait Tales of Eternia ; cet opus sorti sur PS2, uniquement au Japon, relate des aventures de Kyle, fils de Stahn et de Rutee, dans un univers qui se déroule 18 ans après le 1er épisode. On y découvre comment Kyle, accompagné de Loni (ou Roni, à vous de voir comment vous le traduisez du jap'), part en quête de devenir un aussi grand guerrier que son père. Il rencontrera d'autres compagnons en cours de route, mais je ne vais guère spoiler le jeu, je vous laisserai le plaisir de découvrir les secrets qu'il renferme.

Graphismes : 17/20

Pour l'époque à laquelle le jeu est sorti (en 2002), il faut dire que les graphismes en 2D sont très jolis, très fins, avec un léger effet de cell-shading qui n'est pas déplaisant, au contraire. Les villes sont détaillées, vastes et fourmillent de petits détails, qui, même s'ils n'ont pas d'importance, donnent un certain charme au jeu. Les combats sont extrêmement bien rendus, avec des effets visuels splendides, surtout lors des Hi-Ougis où l'on peut admirer une myriade d'effets spéciaux, sans pour autant ralentir l'action. Les personnages ont leurs animations très détaillées, et on se surprendrait presque à examiner si chaque mouvement est bien reproduit, ce qui est le cas, je peux vous l'assurer. On pourrait croire que ça sent la perfection mais ce n'est pas le cas : la carte du monde est une horreur, c'est décevant, on a droit à une carte très peu détaillée, avec quelques plaines et montagnes, au milieu desquelles on trouve quelques villages et autres lieux où vous devrez vous aventurer, mais on peut clairement deviner que ce n'était pas la priorité des développeurs que d'améliorer tout ça. Ce n'est pas si dramatique, mais ça fait un peu tâche compte tenu du reste.

Scénario : 14/20

Soyons bien clair, ce n'est pas parce qu'il s'agit d'un de mes Tales of préférés que tout y est parfait, et en l'occurrence, l'histoire ne brille pas par son originalité. Le héros qui part à l'aventure pour devenir aussi fort que son père, ce n'est pas nouveau, c'est très cliché même. Bien sûr, l'histoire évolue au cours du jeu, notamment lors des rencontres avec Barbatos ou Elraine pour ne citer qu'eux, mais ce n'est pas pour autant qu'elle sort du lot par la suite. On notera quand même la réapparition de personnages de ToD comme Philia ou bien Woodrow par exemple (il y en a d'autres), ce qui donne un petit plus au soft. Bref, rien de bien grave, mais ce n'est pas exceptionnel non plus.

Gameplay : 19/20

Là, on parle sans hésiter du point fort du jeu. On découvre dans cet opus un système de combat vraiment unique, avec l'apparition de la barre SP (Spirit Points) qui donne un aspect très tactique aux combats. Fini le bourrinage à l'aveugle, il faudra désormais la jouer finement si vous ne voulez pas que vos combattants (surtout ceux au corps à corps) ne frappent comme des mouches. Je m'explique : plus vous attaquez (par attaques physiques, magiques ou par l'utilisation de techniques), plus la barre de SP diminuera, et une fois vide, vous vous apercevrez que le personnage dont les Spirit Points sont épuisés devient inutile : il ne fait presque plus de dégâts et il est beaucoup plus vulnérable que d'habitude. La jauge de SP remonte automatiquement si vous restez immobile, et c'est également le cas pour la jauge de TP (Technical Points, nécessaires à l'utilisation de techniques ou de magie), donc à vous de bien alterner entre les personnages qui attaquent et les autres qui se régénèrent si vous ne voulez pas peiner dans les nombreux combats du jeu.
Vos combattants peuvent également entrer en « Spirits Blaster Mode », c'est-à-dire qu'ils deviennent quasiment invulnérables pendant une courte durée, mais ils disposent aussi de nouveaux coups pendant qu'ils sont dans cet état, comme les Hi-Ougis (techniques mortelles) et les Summon Spells (invocations).
Il faudra cette fois-ci prêter plus attention aux menus, notamment à l'Active Level Graph, qui régit en quelque sorte l'augmentation des statistiques de vos personnages ; il est divisé en 4 niveaux : Attack (la puissance d'attaque, qui augmente avec le nombre de coups normaux donnés), Skill (à augmenter pour pouvoir apprendre de nouveaux coups, pour cela il faut utiliser beaucoup de techniques), Chain (qui augmente en réalisant des combos avec des coups normaux), et Magic, subdivisé en 4 parties qui représentent les 4 éléments utilisés par le héros concerné (la magie augmente spécifiquement dans la catégorie utilisée, et les sorts que vous apprendrez dépendront de ceux que vous utilisez la plupart du temps).
On trouvera en plus de tout ça un système de customisation d'objets (appelé Refine), qui permettra de créer de nouveaux objets ou de nouvelles armes à partir d'une fusion entre 2 éléments compatibles. Il vous faudra quand même une Fiole Runique et un certain nombre de points « Lens » (Renzu littéralement en japonais) pour pouvoir créer de nouveaux objets. Les Fioles runiques sont à acheter par pack de 5 dans les magasins, et les points Lens sont à acquérir lors de combats ou en effectuant certaines actions particulières. Vous pourrez donc créer de nouveaux objets ou équipements, et ça va de la Gelée de Citron à une arme unique.
Et ce n'est pas encore fini, il y a également les Enchants. Il s'agit de capacités spéciales à équiper sur votre personnage, si celui-ci à déjà effectué un certain nombre de fois certaines actions particulières ; ces capacités vont de la simple augmentation d'attaque à l'augmentation de la résistance élémentaire, la récupération de SP, et bien d'autres. Il faut aussi savoir qu'il y a 2 catégories d'Enchants : passifs (qui prennent effet automatiquement), et actifs (à activer par soi-même lors des combats).

Bien entendu, le système de combat, le TT-LMBS (Trust & Tactical Linear Motion Battle System), ressemble globalement à celui des autres opus 2D, en ce sens qu'on s'y déplace de la même manière en général, de gauche à droite. Après, il y a quelques détails comme la garde, l'esquive en arrière (qui consomme des SP), la repousse de l'ennemi (consommation de SP aussi), le saut et la grande protection (garde avec une sorte d'aura, qui consomme également des SP). Ca, c'est pour les déplacements. Ensuite, il y aussi les Critical (qui arrivent au hasard, avec une augmentation des dégâts et une récupération de TP et de SP), le Weapon Spark (quand 2 adversaires croisent le fer et qu'ils frappent en même temps, ils deviennent paralysés pendant un court instant), le Guard Break (quand la garde ne tient plus suite à de nombreux coups encaissés, et les dégâts pris sont augmentés) et le Guard Strike (si vous avez suffisamment de SP alors que vous vous protégez, vous pouvez en sacrifier pour lancer une contre-attaque). Et pour finir, après le combat, vous pourrez apercevoir divers bonus s'afficher à l'écran en fonction de vos conditions de combat et de victoire. Voici ce que vous pourrez voir : Technical Smash (si vous tuez l'ennemi d'une certaine façon, grâce à sa faiblesse ou avec une technique par exemple), qui peut avoir une influence sur les points de Grade (dont on notera l'apparition pour la 1ère fois dans cet opus) ; xBuster, où x correspond au nombre maximum d'ennemis abattus à la suite très rapidement ; xChain, avec x qui correspond au nombre de coups successifs maximum portés à un ennemi ; No Damage, qui apparaîtra si vous n'avez pas pris de dégâts pendant le combat ; Triangle, si vous avez utilisé au moins 3 variantes de coups normaux (coup normal, coup tailladé, coup d'estoc et coup tranchant) ; et pour finir, Aerial, si vous avez achevé un ennemi dans les airs.
Vous aurez aussi la possibilité de cuisiner, comme c'est le cas dans la plupart des Tales of, et la cuisine a toujours son même effet, à savoir la récupération d'énergie ou la guérison d'altérations d'état.

Durée de vie : 18,5/20

Il vous faudra une bonne cinquantaine d'heures de jeu pour en voir le bout (si vous prenez le temps de bien parcourir le jeu, bien entendu), et vous pouvez rajouter 10 heures pour le finir à fond. Par contre, pour vraiment tout voir dans le jeu, il faudra au minimum 3 parties, étant donné que certains évènements ne se produisent qu'au bout d'un certain nombre de parties terminées, mais c'est une autre histoire. Et étant donné que le système de Grade apparaît pour la 1ère fois dans un Tales of, il est mis à contribution efficacement en proposant au joueur de transférer certains bonus dans une nouvelle partie après avoir terminé le jeu (il s'agit du mode New Game +), et cela va de la conservation de techniques, de titres, et autres, à l'augmentation d'expérience obtenue ou du maximum d'objets transportables.

Bande son / Bruitages : 18/20

Après un magnifique thème d'intro (« Key to my heart » de Mai Kuraki), on est en droit de se demander si le jeu propose lui aussi de belles musiques et une qualité sonore honnête. Et la réponse est oui, avec des musiques tantôt douces et apaisantes, tantôt vives et motivantes ; on a même droit à certains remixes de musiques de ToD pour combler le tout. Sans compter sur les voix des protagonistes, très charismatiques, que vous aurez loisir d'écouter pendant les combats ou lors des saynètes qui auront lieu tout au long de l'aventure.

Note finale : 18/20

Pour résumer, Tales of Destiny 2 est un excellent investissement, et si vous comprenez le japonais, je ne peux que vous conseiller de foncer dessus si vous ne l'avez pas déjà fait. Ce n'est peut-être pas le plus simple ni le meilleur des Tales of, mais rien que le fait qu'il propose tant de subtilités qui lui sont propres en fait un très bon RPG, à condition de bien comprendre quoi faire. De la très belle 2D (je crois que seul Tales of Rebirth est au-dessus, avec le remake de Tales of Destiny), des persos attachants et un univers très vaste, le tout agrémenté de combats très dynamiques, je crois que vous allez vous demander pourquoi vous lisez ce test au lieu d'y jouer !

Review réalisée par BlasterMaster